Les rendez-vous de l'ICKL

Les listes de l'ICKL

Nouveautés - Cliquez ici pour vous enregistrer sur la liste des nouveautes du site et d'autres activites de l'ICKL

ForumPaysan - Cliquez ici pour vous enregistrer sur la liste du forum afin de recevoir les documents appropriés


 

Le travail de renforcement organisationnel à l'ICKL : un processus complexe et difficile dans un pays appauvri comme Haïti
Posté le mardi 28 novembre 2017 par icklhaiti

Par Guy NUMA,

Responsable du Programme Formation et Renforcement Des Structures Organisationnelles,

Institut Culturel Karl Lévêque.

Introduction

Le Renforcement organisationnel constitue le noyau dur du travail de l'Institut Culturel Karl Lévêque (ICKL). En tant que Centre de Réflexion, d'Analyse Sociale et d'Education Populaire, le travail de l'ICKL se concentrait au début sur des activités de réflexion et de production de documents. Mais, depuis près de deux décennies, nous accompagnons des organisations paysannes dans plusieurs départements du pays.

Au fur et à mesure que cet accompagnement évolue, ICKL a dû apporter certains changements importants dans la méthodologie, au cours des années 2000. A partir de 2005, l'Institut a adopté l'immersion [1] comme méthode d'intervention dans sa démarche de travail avec des organisations de base. Ainsi, avec le dernier plan quinquennal 2013-2017, ICKL a adopté une nouvelle démarche qui l'a amené à travailler avec des réseaux d'organisations dans 8 communautés [2] situées dans 5 départements du pays. Cette réflexion que nous présentons ici sur le travail de renforcement organisationnel qu'effectue l'ICKL, prend en compte cette évolution.

De ce fait, dans le cadre de ce travail, nous nous proposons d'aborder de façon synthétique [3] :

-   le sens de la démarche de renforcement organisationnel pour l'équipe de l'ICKL ;
-   les activités réalisées sur le terrain ;
-   les obstacles au travail de renforcement organisationnel et
-   une conclusion avec des éléments de perspectives.

I- Le sens du travail de renforcement organisationnel pour l'équipe de l'ICKL

D'une manière générale, le renforcement organisationnel consiste pour certains acteurs, à aider l'organisation à avoir un fonctionnement régulier et parfois démocratique [4] . A travers cette approche, le renforcement organisationnel est surtout conçu et développé dans sa dimension technique. Il s'agit là d'une approche qui dissocie l'organisation en morceaux distincts, dont l'un se détache mécaniquement de l'autre.

Pour l'ICKL, l'organisation doit être vue et conçue comme une totalité. Dans cette perspective, le travail de renforcement organisationnel, doit embrasser l'organisation dans toutes ses dimensions. Il rassemble en ce sens, tous les aspects de la vie de l'organisation.

De ce point de vue, le renforcement organisationnel dépasse l'horizon technique. Le travail de renforcement organisationnel effectué par ICKL vise à :

-   Régulariser le fonctionnement interne de l'organisation. L'accent mis sur cet aspect contribue à faciliter ou à encourager chez l'organisation, un fonctionnement régulier, démocratique et transparent. Dans cette lignée, l'accès à l'information et la participation des membres à toutes les activités de l'organisation, sont des éléments cardinaux du procès de renforcement.

-   Renforcer la capacité d'analyse critique et de gestion des dirigeants et des membres de l'organisation, par la réalisation de séances de formation adaptées aux besoins de l'organisation et de la communauté

-   Renforcer la capacité de mobilisation de l'organisation. Cette capacité est nécessaire à toute organisation qui entend défendre les droits fondamentaux et les intérêts stratégiques de ses membres et ceux des membres de sa communauté.

-   Renforcer l'autonomie économique et financière de l'organisation, par la mise en place d'activités économiques solidaires, pour parvenir à une amélioration des conditions de vie des membres et de la communauté.

Il faut noter que ce travail de renforcement prend en compte, la problématique de genre, de manière à propulser à tous les niveaux, la participation des femmes dans toutes les activités et à toutes les prises de décision. Dans cette perspective, certaines activités s'adressent spécifiquement aux femmes et d'autres aux organisations mixtes et à d'autres membres des différentes communautés.

II- Coup d'œil sur les activités réalisées sur le terrain

Après avoir décrit en quelques lignes, le sens ou le fond de la démarche, il convient maintenant de décrire les différentes activités réalisées. Elles tiennent compte à la fois de toutes les dimensions de l'organisation, mais aussi, des exigences de la communauté. Sur cette base, les interventions de l'Institut englobent :

-   Des activités de formation de dirigeants/tes et d'animateurs/trices, qui s'adressent essentiellement aux dirigeants/tes des réseaux et des organisations membres. Mais, certains membres des instances de base y participent également. Des thématiques telles que : l'organisation et son rôle dans la communauté, la technique d'analyse de conjoncture, l'animation de groupe, le rôle des dirigeants/tes dans une organisation démocratique et populaire, l'économie sociale et solidaire, sont débattues au cours de ces formations. Pour assurer la continuité de ces actions, nous aidons chaque réseau à mettre en place, un comité de formation et de mobilisation qui a pour mission, entre autres, de reproduire les séances de formation dans les instances de base. Il faut noter également que certaines séances de formation de courte durée se réalisent au cours des immersions. Cet aspect du renforcement culmine par la réalisation de l'Université Populaire [5] , organisée annuellement, en concertation avec d'autres institutions haïtiennes.

-   Des activités de renforcement des structures des réseaux et des organisations membres. Elles sont réalisées pour permettre aux réseaux d'avoir des structures fortes, un fonctionnement démocratique et un encrage plus poussé dans leur communauté respective. En ce sens, des séances régulières de planification, d'évaluation et de suivi, des observations, des visites communautaires et organisationnelles et autres, sont organisées avec les réseaux, dans les différentes communautés d'interventions.

-   Des activités de plaidoyer et/ou de mobilisation sur les droits civils et politiques, ainsi que sur les droits sociaux, économiques et culturels. Ces différentes interventions constituent des préalables importants pour le renforcement de la capacité de mobilisation des réseaux et des organisations membres.

-   Des activités économiques sociales et solidaires qui visent à renforcer l'autonomie économique et financière des réseaux et organisations membres. Des entreprises de production et de transformation, des activités de crédit, des activités agricoles et d'élevages sont entre autres développées avec les organisations paysannes partenaires.

Il faut préciser que l'immersion constitue la méthode d'intervention privilégiée par l'équipe de l'ICKL. Elle lui permet de se plonger dans la réalité des réseaux et des organisations membres et des communautés. Elle joue un rôle central dans la démarche. Beaucoup d'activités réalisées sur le terrain, passent à travers cette méthode. Durant le dernier plan stratégique quinquennal (2013-2017), l'Institut n'a pas pu mettre en œuvre cette méthode dans toute sa plénitude à cause des contraintes financières. Mais, beaucoup d'activités, surtout celles qui concernent le volet renforcement des structures des réseaux et des organisations membres, passent essentiellement par cette méthode .

III- Les obstacles au travail de renforcement organisationnel

Le travail de renforcement organisationnel que réalise l'ICKL sur le terrain, ne se déroule pas comme sur des roulettes. Il se heurte à des obstacles importants, venant d'horizons divers.

Dans la liste des obstacles, il faut souligner la misère et le chômage qui poussent les paysans et paysannes, particulièrement les jeunes, vers les villes ou vers des pays de l'Amérique du Nord, de l'Amérique du sud, ou dans les Caraïbes. Ces jeunes se déplacent non seulement à la recherche d'un emploi, mais aussi, de services de base qui ne sont pas disponibles dans leurs communautés. Cette réalité les porte au découragement et provoque des déperditions importantes dans notre travail d'accompagnement.

La misère et le chômage, sont certes des obstacles majeurs au travail de renforcement, mais, ils ne sont pas les seuls. Le travail d'éducation calqué sur le modèle dominant, que réalisent certaines institutions nationales et internationales sur le terrain, peut aussi être considéré comme une obstruction à tout travail de renforcement réel. Le travail de l'ICKL s'inscrit dans une démarche d'éducation populaire. Alors que, d'autres interventions réalisées dans les communautés, sont contraires à cette démarche et en parfaite harmonie avec la logique néolibérale. Au lieu de renforcer les organisations, cette approche contribue plutôt à renforcer la dépendance de ces organisations par rapport aux ONG et du pays par rapport aux institutions internationales.

Le dernier obstacle et non pas le moindre, est la réalité climatique. Les aléas climatiques, constituent réellement un obstacle important au renforcement des organisations paysannes de base. La précarité des gens, notamment des paysannes et paysans et la dégradation de l'environnement, placent le pays sous une menace constante. Le moindre phénomène naturel, entraîne d'importants dégâts qui viennent compliquer la situation déjà misérable des gens et la fragile réalité des communautés. Certaines zones sont souvent quasi totalement inaccessibles, des maisons, des jardins et des têtes de bétails détruits après le passage des phénomènes naturels. Les différents cyclones qui ont frappé le pays durant ces dernières années et le tremblement de terre de 2010, sont des exemples notoires qui n'ont pas besoin d'être démontrés. Ces phénomènes compliquent généralement la situation des paysannes et paysans et détruisent certaines des réalisations.

Conclusion et éléments de perspectives

A travers ces quelques lignes, nous venons de présenter brièvement la démarche de renforcement organisationnel déployé par l'ICKL, les types d'activités réalisées sur le terrain et les obstacles qui se dressent sur son chemin. Cette présentation un peu panoramique donne une vue globale de ce qu'est l'approche de renforcement organisationnel développée par l'ICKL, à travers ses activités sur le terrain. Comme nous l'avons dit, cette approche prend en compte toutes les dimensions de la vie d'une organisation.

Nous avons pris le soin de souligner que cette démarche fait face à des obstacles de divers ordres qui fragilisent l'accompagnement. Conséquemment, le travail de l'ICKL doit prendre en compte ces défis, de manière à minimiser leurs conséquences. Une lutte acharnée contre la misère et le chômage s'avère de ce fait incontestable. Pas seulement en terme de mise en place d'activités d'économie solidaire, mais aussi et surtout, par une mobilisation plus active sur les droits économiques, sociaux et culturels.

Enfin, une lutte contre les effets des aléas climatiques n'est pas à négliger. Il est nécessaire que l'Institut Culturel Karl Lévêque mette un accent particulier dans ses interventions sur la déréglementation climatique. Dans ce cas, il va sans dire, que les paysannes et paysans, doivent pouvoir développer une agriculture qui soit de plus en plus adaptée à cette réalité.

[1] Héritée de l'anthropologie, l'Immersion est une méthode de travail qui nous permet de plonger dans la réalité des communautés d'intervention et celle des organisations partenaires. Cette démarche implique la participation des animateurs et animatrices de l'ICKL à la vie quotidienne des communautés (combat de coqs, veillées en prélude des funérailles, les marchés locaux hebdomadaires) et des échanges informels pour essayer de saisir des enjeux et défis qui ne se discutent pas dans les rencontres formelles.

[2] Dory et Cavaillon dans le Sud, Baradères dans les Nippes, Petit Goave, Orangers et Bellefontaine dans l'ouest, Marigot dans le Sud-Est et Verrettes dans le département de l'Artibonite.

[3] L'ICKL est en train de produire un autre document qui présentera de façon plus détaillée, sa démarche de renforcement organisationnel.

[4] Nous disons « parfois », parce que certaines institutions ne tiennent pas compte de cet aspect.

[5] L'Université d'été Populaire, est une formation de dix jours, organisée annuellement par l'ICKL, la SAKS (Sosyete Animasyon ak Kominikasyon Sosyal), l'ITECA (Institut de Technologie et d'Animation), le PAJ (Programme pour une Alternative de Justice), la PAPDA (Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif) et la SOFA (Solidarite Fanm Ayisyèn). Une centaine d'acteurs/trices du mouvement social populaire haïtien y participe généralement.

icklhaiti [ICKL HAITI]



 

ICKL / Adresse : 22, rue Dadjuna, Delmas 75 - HT 6120, Delmas, HAÏTI
Tel : (509) 2816 7249 - E-mail : ickl @icklhaiti.org - URL :
www.icklhaiti.org
Tous droits réservés | © ICKL 2005
Site concu et réalisé par
Gotson Pierre du Groupe Medialternatif
Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL